Boule de cristal – Prince | Chansons, critiques, crédits

Comme tout fan inconditionnel le sait, Crystal Ball était le triple album que Prince avait prévu de sortir en 1987, lorsque Warner l’a forcé à le découper sur le double album Sign O ‘the Times. Depuis lors, Crystal Ball était devenu un album légendaire «perdu» parmi les collectionneurs de Prince, et nombre de ses extraits avaient circulé sur des bootlegs pendant des années. Donc, ce n’est pas une surprise totale que Prince ait relancé le titre pour sa propre collection de sorties, qui s’est avérée être la première sortie sur son label indépendant NPG. N’importe quel collectionneur chicanera avec la sélection de pistes, car il y a littéralement des centaines de sorties Prince connues, et il n’y a aucun moyen qu’un ensemble de trois disques puisse inclure toutes les meilleures coupes. Pourtant, il s’agit d’un échantillonneur impressionnant qui illustre la véritable profondeur des talents de Prince. Il n’y a peut-être pas de chefs-d’œuvre cachés au niveau de « When Doves Cry », mais la musique ici est toujours forte et convaincante. En tant que compilateur, Prince se trompe en favorisant les enregistrements des derniers jours par rapport aux créations de son studio des années 80, mais il s’agit d’une plainte mineure, car il a inclus des chansons légendaires (du moins parmi les collectionneurs) telles que «Dream Factory», «Movie Star». «Crucial», «Sexual Suicide», «Days of Wild» et «The Ride». Prince a ajouté un album complet, The Truth, comme quatrième disque de Crystal Ball. Pris selon ses propres termes, The Truth est un petit album formidable avec une sensation similaire à Chaos & Disorder, mais avec un matériau plus fort. Apparemment, c’est l’album acoustique de Prince, mais il utilise ce concept pour jaillir dans le blues, les effets de bande, la pop directe et la soul. C’est une joie de l’entendre travailler sous une forme aussi structurée, car cela l’aide à concentrer ses idées et à livrer un disque pop serré et agréable qui prouve qu’il n’a pas perdu ses dons.